Richard Hammonds Invisible Worlds

Avez-vous déjà observé une pellicule de film cinématographique? Elle est composée d’une suite d’images différentes que le projecteur défile à une vitesse de 24 images par seconde avec un obturateur qui se ferme entre chaque exposition. Pourquoi ne voit-on pas le clignotement des images et percevons-nous plutôt un mouvement en continu? À cause d’un phénomène découlant du fonctionnement de l’œil humain, appelé la persistance rétinienne. Lorsque le cristallin projette une image sur la rétine, la transformation des pigments des cellules photoréceptrices (cônes et bâtonnets) se traduit par un potentiel d’action qui est transmis au cerveau. Lorsque l’image est interrompue, l’activité chimique persiste au niveau des cellules photoréceptrices et maintient l’influx nerveux pendant une courte période (quelques centièmes de seconde), ce qui donne l’impression d’un mouvement continu.

Ainsi, quand les images passent à une vitesse relativement élevée, l’œil conserve en mémoire l’image précédente jusqu’à ce que la suivante arrive, d’où l’impression d’un mouvement en continu. Il « oublie », en quelque sorte, les écrans noirs. On peut augmenter ce délai entre deux images en diminuant l’intensité de la lumière ambiante. C’est pourquoi il fait noir dans les salles de cinéma! De plus, s’il nous semble que les vieux films en noir et blanc défilent en accéléré, c’est qu’ils étaient filmés à 16 images par seconde au lieu de 24, la norme actuelle. http://www.fsg.ulaval.ca

Ce vidéo est un voyage dans ce qu’on ne voit pas…

definition, 720p, 1080p, BBC, invisible world, HD

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *